fermer
Top Panel

FIND YOURSELF HERE

 

MARIE JOHANNA CORNUT - JULIEN TARDIEU - JULIANA MUSITELLI

Sur une proposition de IF Magazine

 


Jeudi 25 avril 2013
Atelier LA BRIGADE A4
1 ter rue du Languedoc - Toulouse



vitrine_Mobylette-web

 

La Mobylette présente Find Yourself Here, une pièce aux dégradés mélancoliques reprenant les poncifs d'une fascination pour la Californie des années 80. Espace rêvé et factice d'une période où se serait joué une dernière séquence historique d'insouciance et de jeu, mais également le début d'une période plus sombre et plus anxiogène.

La structure même de cette pièce, volontairement simple et brut, nous ramène à l’imaginaire californien. Celui des décors cheap des diners, des planches posées négligemment dans les surf shops ou des stores verticaux filtrant la lumière crue et agressive de l’extérieur.

L’œuvre joue sur la fusion de deux images, toutes deux ancrés dans notre mémoire collective et icônes clichées diffusées par le cinéma hollywoodien. Une première image de palmiers typiques des boulevards de L.A. et une seconde image d’un dégradé de couleur rappelant les couchés de soleil sur l’océan.

En français, dégradé revêt une double acception. D’abord un mélange de couleurs subtil et diffus mais aussi l’idée d’une chose en décrépitude, en décadence, vouée à disparaître. En cela, les images qui représentent « l’idée de Californie » comporte peut être en elles même la finalité même du devenir de cette idée.

C’est à cette dualité que correspond la pièce exposée dans la vitrine de l’atelier de la brigade A4. Les images que nous regardons, qui nous représentent ou représentent nos fantasmes, nos rêves de grandeur et de beauté transportent avec elles leurs films négatifs.

Find Yourself Here, qui tire son titre du slogan touristique officielle de l’état californien, littéralement Trouvez vous ici, propose une lecture ambivalente. A la fois séduisante et désenchantée.

 

Une troisième image apparaîtrait donc, celle que l’on ne donne que rarement à voir, imparfaite, entachée, quasi grossière : un envers du décor.